Fujoshi の Yaoi ♂

❤ やおい ❤

L’enfer au « paradis » chapter 4

Classé dans : Enfer au "PARADIS" — 22 avril 2012 @ 13 h 59 min

L'enfer au

Salut, Riko desu ! :)

Voilà le new chapitre de Baka-Izu ! :D

Jai pas grand chose a dire a part vous montrer cet photo:

P1020119-150x150 dans Enfer au  Voici le lapin en chocolat psycopathe ! xD

Et dire qu’on achete ces chocolats pour les pitis enfants U.U

 

 

 

 

Coucou tout le monde la c’est Baka-Izu finalement j’ai décider de mettre un petit commentaire de temps en temps pour ne pas passer pour la meuf qui écris juste et qui parle à personne xD

Bref je vais donc commencer le chapitre 4, pour me mettre dans de bonnes conditions, je passe 15 minutes avec le nez dans ma cuisine pour trouver un truc à grignoter, seul truc qui m’a donner envie?? « Chips barbecue » le pire c’est qu’elles hyper méga salée –’ bref je remonte discret dans ma chambre  personne ne m’a capter et je me cale sur mon lit….Le problème?? Mon chien lui il m’a capter et maintenant il bave sur mon lit en me voyant manger des chips –’

Bref allez je m’y met.

Au fait je met une nouvelle image qui peut servir d’illustration à un passage du chapitre en espérant que Riko-sensei ne va pas me tuer xD

images

 

Chapitre 4

Dès le lendemain, à 18heure Masaki était devant le Paradis, il y entra sans problème, un vigile l’accompagnait jusque dans le bureau du patron:

« -Alors comment elle était ta première fois gamin t’a pas eu trop mal?? Demandât le patron.

-Non sa va. Mentit Masaki, il savait que si il disait qu’il était toujours vierge, le patron aller en profiter.

-Passons, cette semaine tu ne participera pas aux enchères, tu fera objet de décoration tu commence ce soir va te préparer. Finit-il. »

Le vigile attrapa Masaki par le bras et l’emmena dans un salle spéciale. La-bas Masaki découvrit un casier avec son nom écrit dessus :

« Chaque soir tu aura une tenu à l’intérieur tu es obligé de la mettre. Annonçât le Vigile. »

Masaki ne répondit pas, il ouvrit le casier et enfila les vêtements.

 

Quelques minutes plus tard il se retrouvait dans une salle du deuxième étage, il était enfermé dans une vitrine. Il se retrouvait avec seulement un mini short et un débardeur en résille, de plus il avait été obligé de mettre des oreilles de chat ainsi qu’un collier avec une clochette. Il se sentait plus que honteux d’être habillé ainsi. La salle était immense et des vitrines comme la sienne était éparpillé un peu partout avec des filles à l’intérieur. Il était le seul garçon dans la salle. Le vigile lui avait expliqué que le deuxième étage servait à des soirée privé. Un groupe de clients réservaient une salle, et pouvait passer la soirée entouré par ses vitrines qui servait de présentoir. Ce qui rassura un peu Masaki fut que dans ce genre de soirée les client n’avait pas droit aux sexe, ils pouvait toucher, lécher, pincer, mordre mais n’avaient en aucun cas le droit de pénétrer. Toute les filles étaient quasiment nue et cela ne semblait pas les déranger. Soudain, la porte s’ouvrit, 6 clients entrèrent dans la salle accompagné du patron. Les filles se mirent à jeter des regard séducteur aux clients, elles se collaient contre les vitres passaient leur langues sur leurs lèvres ou se trémoussaient. Le patron installa les clients sur les fauteuils qui trônaient aux milieu des vitrines et prît la parole:

« -Bienvenu mes chers amis. Commençât-il avec un sourire pervers. Voici donc votre salle nous avons mis à votre disposition six filles et un garçon, ce qui nous fait donc une fille par personne et un garçon à se partager. Continuât-il avec un léger rire. Pour commencer votre soirée nous avons justement prévu un petit jeu avec ce garçon… »

Le patron montra du doigt la vitrine ou Masaki était enfermé. Les clients laissèrent échapper des petit rires pervers et quelques sourires carnassier:

« -Faîte le sortir. Lançât le patron à l’un des vigiles. « 

Le vigile s’approcha de la vitrine de Masaki, il fit coulisser la porte de la vitrine et l’attrapa par le bras:

« -Mais qu est-ce que vous… Lâchez-moi! S’exclamât Masaki. »

Il se débatit et réussi à se défaire du vigile. Au même moment le patron attrapa Masaki par dérrière, il empoigna ses cheveux et lui fit pencher la tête vers lui:

« -Ici tu m’appartiens tu n’a rien à dire. Chuchotât-il à son oreille. Puis à l’intention des clients. Veuillez-pardonner son insolence il n’est pas vraiment docile. Dit-il en leur lançant un regard entendu.

-Oh cela va rendre notre petit jeu encore plus excitant j’imagine. Lançât l’un des clients »

Le patron conduisît Masaki jusque devant les clients. Puis il lui retira violemment son t-shirt et l’allongea sur la table qui se tenait au milieu des fauteuils. Le vigile attacha ses poignet à l’aide de menottes incrusté dans la table et fit de même avec ses chevilles. Soudain on frappa à la porte, le patron alla ouvrir, un serveur entra dans la salle avec une dizaines de plateau sur lesquels était disposé des sushis, des morceau de viandes, des fruits… Les clients comprirent toutes de suite et se délectèrent du moment qu’ils allaient passer. Quatre bouteilles de bon vin accompagnaient la nourriture. Un homme qui devait avoir environ 40 ans pris la paroles et s’adressa à l’homme qui se tenait à coté de lui:

« -Taka-san c’est ton anniversaire à toi l’honneur! »

Ce « Taka-san » était un homme qui devait avoir environ 40 ans lui aussi. Il avait le visage marqué par les années et portait des lunettes rectangulaires, il avait les cheveux courts dont la plupart était déjà blanc. Il fixa Masaki bien droit dans les yeux puis il s’adressa au serveurs:

« -Mettez moi un morceau de viande sur chaque tétons ainsi qu’un sushis sur le bas du ventre. Annonçât-il. »

Le serveur s’exécuta et posa les aliments sur Masaki. Ce dernier fut prit de panique:

« - Qu’est-ce que vous faîte! s’écriât-il en tortillant.

-Sa ne se vois pas? lui demandât l’homme aux cheveux gris. Arrête de te tortiller comme sa tu va finir par te blesser. »

L’homme aux cheveux gris se pencha sur le bas du ventre de Masaki et mangea le sushis, puis lentement avec sa langue il remonta le long du corps de Masaki et attrapa le premier morceau de viande. Il fit de même pour le deuxième morceau de viande mais cette fois-ci, au passage il mordit le téton de Masaki. Ce dernier ne put retenir un petit cris de douleur. A la demande de l’homme aux cheveux grisonnants, le serveur ouvrit une bouteille de vin, le clients en pris une gorgée puis il s’approchât de Masaki, il lui ouvrit la bouche de force et lui versa du vin:

« -Avale! ordonnât-il »

Masaki s’exécuta. Puis l’homme continuât de verser du vin mais cette fois-ci il le fit couler sur tout le torse de Masaki. Ce dernier se crispa en sentant le liquide froid s’écouler le long de son torse et descendre jusqu’à son bas-ventre. L’homme aux cheveux gris s’exclamât ironiquement à l’intention de ses amis:

« -Oh mince quel maladroit je suis! Il va falloir que l’on nettoie tout ça! »

Tous se lancèrent un regard entendu et se mirent à lécher le vin qui s’était étalé sur le torse et le ventre de Masaki:

« -Aaah! Non arrêtez je vous en prie! Non, stop! S’exclamât Masaki d’une voix implorante.

Il eut les rires des clients pour seule réponse. Ce « petit jeu » dura encore une demi-heure, le serveur disposais la nourriture sur le corps de Masaki, et les six clients, venait les manger s’amusant à léchez ou mordre le corps de Masaki. Deux d’entre eux en particulier, torturait les tétons de Masaki, tantôt ils les mordaient, tantôt ils les pinçaient ou les suçaient. Malgrès toutes les supplications de Masaki, les six hommes continuèrent leur repas sans relâche. Masaki se tordait dans tout les sens mais aucun moyen d’échapper au supplice. Quand la torture fut enfin terminé, l’homme aux cheveux gris fit détacher Masaki, et le fit assoir sur ces genoux. Les vigiles firent sortirent les filles de leur vitrine, celles-ci se dirigèrent directement vers les clients, et commencèrent la séduction. Toutes y prenaient plaisir. Masaki se demandais comment faisait-elles pour apprécier une telle chose. Elles semblaient fondre sous les caresses de ces hommes qu’elles ne connaissaient même pas alors que lui était dégouté, il aurait été capable de tuer pour ne plus revivre une telle chose. Le reste de la soirée parût être une éternité pour Masaki.

Lorsqu’il rentra chez lui, il était 1heure du matin, Masaki se dirigea droit vers sa salle bain et resta sous la douche pendant plus de 20 minutes. Il se sentait sales et souiller. Soudain il se rendit compte de quelque chose, lorsque Ryu l’avait toucher il n’avait pas ressentit la même sensation, les caresses de Ryu étaient tendres et douces, elles réchauffaient le corps de Masaki et le faisait se sentir bien. Tandis que les caresses des hommes de ce soir, était immondes et elles dégoutaient Masaki. Ce dernier réalisé alors que Ryu hantait ses pensée…

Deux semaines passèrent depuis cette nuit là, et Masaki continuât à travailler comme objet d’exposition, la plupart du temps il était aux deuxième étage mais de temps en temps il était envoyer au premier. Un soir le patron l’envoya au premier étage, car ce soir il aller  faire parti du « show » pour la soirée ultra privée qui avait lieu juste avant les enchères, d’après ce qu’avait décidé le patron. Masaki fut complètement briser en apprenant cela, le « show » était la pire chose qui aurait put lui arriver. Le « show » c’était l’animation qui se déroulait avant chaque enchères, le patron choisissait parmis ceux qui ne participait pas aux enchères, et les offrait en spectacle. Cela consistait à se retrouver dans une vitrine mais aux lieu de faire un simple objet d’exposition, les vigiles venait chacun leurs tour baisé ceux qui avait était choisis. Lorsque le patron lui apprit cela Masaki fondit en larmes jusqu’à présent il avait accepté tout ce qu’on lui avait demandé, mais se faire baisé devant tout les monde était bien trop honteux:

« -Mais ne t’inquiète pas tu ne seras pas le seul, de plus tu sera enfermé dans une vitrine insonorisé, les gens te verront mais il n’entendrons pas tes gémissements. Et puis il n’y aura pas beaucoup de client une cinquantaine tout au plus. Lui avait-il dit d’un sourire sournois

-Non je ne veux pas faire une chose aussi honteuse! Lui avait répondu Masaki complétement terrifié. »

Le patron le giffla:

« Mais tu crois que tu à le choix gamin? Je te l’ai déjà dit ton corps m’appartiens ! Alors si je décide de te faire baisé devant tout le monde tu le fait et tu la ferme! Il va falloir que tu t’y habitus ici tu à le statut d’une pute t’a rien à dire!  Hurlât-il »

Masaki ne répondit pas, il savait que cela ne servirait à rien. Il parti donc au vestiaire, ce soir là il avait en guise d’habits un mini short habituel et un collier avec une laisse. Masaki n’eus même pas  la force de pleurer une nouvelle fois. Sans broncher il enfila ce qu’on lui avait donné. Puis un vigile vint le chercher et l’emmena au première étage. Il le fit entrer dans la vitrine qui trônait au milieu de la piste de danse:

« -Ce soir je vais être le premier à te prendre, cela fait un moment que j’attends ça. Heureusement que les vitrines sont insonorisé parce que tu va hurler crois-moi. Chuchotât le vigile à l’oreille de Masaki. »

Le ventre de se dernier se tordit d’angoisse en entendant cela, mais il ne répondit pas. Quelques minutes plus tard les clients membres du « show » firent leurs entrées, au même moment le patron fit son entré sur scène:

« -Bienvenue à notre soirée privée hebdomadaire, notre animation favorite avant les enchères, notre célèbres « SHOW »! S’exclamât-il.

Des applaudissement retentirent dans toutes la pièce:

« -Que la soirée commence!! »

Un DJ envoya la musique et le cauchemars commença. Le vigile prit la laisse qui était attaché autour du cou de Masaki, et tira violemment dessus. Masaki trébucha et se retrouva le dos collé contre le vigile. Ce dernier sans attendre lui déboutonna son short et mis sa main dans son caleçon:

« -Aaaah! Non arrêtez! Supplia Masaki

-Rêve depuis le temps que je veux te l’enfoncer bien fort! »

Au même moment vigile prit les mains de Masaki, il le fit pencher vers l’avant et appuya ses mains contre la vitrine:

« -Voila reste comme sa.

-Non je vous en prie! Ne faites pas ça!!! s’écriât Masaki en pleurant.

-Détend sinon je risque de te faire vraiment mal, allez prépara toi.

-NON, NON, NON!!!!

Masaki ne pouvait s’empêcher d’hurler, il allait se faire dépuceler en public et par un homme violent qui plus est. Cette fois-ci il ne pourrait pas y échapper. Au moment même ou le vigile allait pénétrer Masaki, un coup de feu retentit, la vitrine de Masaki vola en éclat. Le vigile se mit à hurler de douleur, la balle c’était longée dans son épaule. Puis d’autres détonations se firent entendre. Les jambes de Masaki lâchèrent, et il se retrouva au sol. Une nouvelle peur le paralysait. La panique se fit sentir dans la salle, les gens criaient et cherchaient un endroit au se cacher. Seul Masaki, restait planté au milieu de la vitrine en morceau. Il était incapable de bouger. C’est alors qu’il sentit deux bras puissants l’entourer et le soulever. Masaki, reconnût ses deux yeux verts émeraudes qui le fixait avec déterminations. Puis ces deux bras l’emportèrent  hors du « Paradis » et l’emmenèrent dans une férrari qui partit à toute vitesse.

3010362891_1_9_FvHcWc4Y3 by Izu-chan

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1filmporno |
fessestivites |
hentaiworld |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sonialinfidele
| vosfemmesvoscopinesvosphotos
| Acalifourchon