Fujoshi の Yaoi ♂

❤ やおい ❤

Je te veux dans mon lit Chapitre 2

Classé dans : Je veux te veux dans mon lit <3 — 1 mai 2012 @ 20 h 30 min

Je te veux dans mon lit Chapitre 2 dans Je veux te veux dans mon lit <3 1580346832_small2-207x300

Vous les reconnaissez? C’est Matt et Mello de Death note. Bien que je n’apprécie pas particulièrement ce manga, j’aime ces deux personnages et trouve au’il forme un très jolie couple ^^ Surtout avec ce genre de dessin 8D

Coucou tout le monde désolé pour cette petite absence mais avec la reprise des cours ect.. je n’ai pas eut beaucoup le temps je me rattrape donc aujourd’hui car c’est férié bref on s’en fou de ma vie xD

J’espère que ce chapitre 2 vous plaira bisous bisous.

Baka-Izu

 

 

Chapitre 2

 

Le lendemain mon bus arriva à 7h30 je montais à l’intérieur d’un pas lourd. Je n’avais pas dormis de la nuit et j’en sentais les effet. Takahiro Kazuma m’avait hanté toute la nuit. Je ne le connaissais que de nom et de réputation. D’ailleurs sa réputation n’était pas des meilleures. D’après la plupart des personnes du lycée, Kazuma était le style de mec bagarreur. Il était froid et son comportement donné l’impression d’un mec « je-m’en-fou-de-tout ». Et maintenant que  j’y réfléchissais personnes ne lui avait adressé la parole. Les seules fois ou il se résignait à parler c’était pour rejeter l’amour que les filles les plus courageuse venait lui déclarer. En y repensant, c’est vrai que Kazuma est un garçon vraiment séduisant.  Il était grand et du peu que j’avais pu voir il avait une musculature vraiment développé. Ses cheveux noir corbeau était toujours en « pic » et ses yeux bleu pailleté de gris était aussi magnifique qu’intimidant. Son allure mystérieuse et effrayante à la fois m’attirais terriblement. En vérité il me faisait penser à un loup, il était terrifiant et c’est ce qui faisait son charme, et on ne savait jamais ce qu’il pensait. Et moi je voulais rentrer dans sa cage, quitte à prendre des risque, moi je le séduirais et j’arriverais à l’amadouer.  D’un seul coup ma fatigue parti, je me sentais revivre à l’idée de relever ce défit. Le bus s’arrêta alors à mon arrêt. Je descendis de bus et marchais en direction du lycée. Lorsque je passais le portail, j’aperçue Kazuma. Étant une personne très discrète j’ouvrais grand la bouche:

« -Kazu-chaaaaaan!!! Voyant qu’il faisait mine de ne pas m’entendre je crias de plus belle. KAAAAAAAAZZUUUUUU-CHAAAAAAAN! OOOOOOIIIIII! »

Voulant mettre fin à cette mascarade, Kazuma  se retourna. Il me lançât un regard réprobateur. Je me mis donc à courir dans sa direction et sautais dans ces bras :

« Kazuuu-chan tu m’a manqué!!! Annonçais-je avec une voix enfantine.

Je collais mes lèvres sur sa joue. Il plaqua sa main contre mon front pour me repousser:

« -Arrête! Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler comme sa!!  s’écriât-il »

Borné je ne lâchais pas prise:

« -Arrête ça je te dit!!!!!!

Voyant qu’il commençait à vraiment s’énerver je le lâchait et prit une tête boudeuse:

« -T’es pas drôle Kazu-chan!

-Arrête de m’appeler Kazu-chan tu me gave!! S’exclama t-il avec un regard impatient dans lequel il me semblât distinguer un pointe d’amusement. »

Je lui tirais la langue en guise de réponse. Un silence s’installa entre nous, soudain, il se retourna vers moi :

« -Pourquoi t’es collé à moi? Arrête me suivre comme un chien je suis pas ton maître moi!! Lâchât-il

-Oh tu me donne des idées. Répondis-je en lui lançant un regard séduisant.

-Arrête avec tes allusions de mec en chaleur et répond-moi! »

A ce moment là, je m’arrêtais net et le fixais d’un regard déterminé. Kazuma s’arrêta aussi et me regarda, surpris:

« -Quoi? demandât-il

-Tu veux savoir la vérité? Je m’intéresse à toi en vérité tu me fait penser à un animal sauvage comme un loup, tout le monde dit que tu es méchant mais moi je suis sûr que en t’apprivoisant tu me montrera ta vrai nature! M’exclamai-je. Je suis sûr que si je reste avec toi j’arriverais à faire fondre la glace qu’il y a ici. Finis-je en appuyant mon doit sur sa poitrine. »

Kazuma explosa de rire puis il repris soudain son sérieux :

-Arrête tes conneries va! Tu crois que toi tu va réussir à m’amadouer?! Ah la blague allez maintenant file! Me dit-il d’un ton « tu-me-fait-trop-chié–gamin »

-Eh bien puisque tu es si sûr te toi pourquoi tu ne me laisse pas essayer. Lançais-je d’un air de défi »

Ma technique sembla marcher, Kazuma me lançât un regard provocateur:

« -Si sa peux te faire plaisir d’essayer mais ne viens pas pleurer si t’es pas fier du résultat! Déclarât-il. »

A partir de ce moment là et pendant le mois qui suivit, je restait collé à Kazuma. Au début c’était difficile il ne me parlait presque pas et le plus souvent lorsqu’il m’adressait la parole c’était pour m’engueuler mais je ne me laissais pas faire et lui répondais aussi sauvagement que lui. Puis au fil du temps ce loup ronchon que j’apprivoisais s’habitua à ma présence. Parfois même j’arrivais à le faire sourire. Nous avons même fini par nous voir en dehors du lycée. Kazuma était issue d’une famille plutôt aisé, il vivait chez ses parents, mes ces-derniers étaient rarement à la maison. Quant à moi j’avais invité une ou deux fois Kazuma dans mon appartement, mes parents le louer pour moi car c’était plus pratique pour le trajet jusqu’au lycée mais je savais très bien que c’était surtout parce qu’ils en avaient marre de moi. Bref tout se passait bien et je trouvais que pour le moment je tenais mon défis. Et il c’était même presque habitué à ce que je l’appelle « Kazu-chan ». Le seul hic c’était qu’il n’avait jamais accepter mes propositions de sexe et cela me frustré terriblement. J’avais envie d’avoir Kazuma dans mon lit et je ferais tout pour y arriver.

Ce jour là je finissais à trois heures. J’avais donc décidé d’attendre Kazuma pendant une heure. A 16heure je le vis sortir. Je le rejoignis en courant et me jeter dans ses bras. Comme à son habitude il me repoussa au début mais finalement je gagnais et je restais accroché à son bras. Nous fîmes, comme à notre habitude un morceau de chemin ensemble. Une fois arrivé chez moi je m’installais et commençais mes devoirs. Vers 19h30 j’appelais Kazuma il répondit de suite:

« -Kazu-chan c’est moi. Annonçais-je

-Oui? répondit-il

-Euh eh bien je voulais savoir il y à quelqu’un chez….

Soudain je fit interrompu par un bruit de vaisselle cassé:

« -EH MEEEEEERRRDEEE! S’écria Kazuma

-Euh quelque chose ne va pas ? Demandais-je

-Non sa va pas mes parents sont encore parti et ma mère ne m’a pas préparé des plat que je met à chauffer. Du coup j’essaie de faire à manger et j’y arrive pas je viens de casser un plat! S’énerva t-il

-Bon calme toi c’est pas la peine de péter un plomb! Si j’ai bien compris tu es tout seul chez toi. Annonçais-je calmement.

- Oui mes parents sont parti pour une semaine.

-Très bien alors ne bouge pas j’arrive!

-Eh quoi? non mais att… »

Je n’entendis pas la fin de sa phrase car j’avais déjà  raccroché le téléphone. Je prépara mon sac et parti directement chez Kazuma. Arrivé devant la porte, je sonnais. La porte s’ouvris immédiatement:

« -Qu’est-que tu fou la! S’exclamât Kazuma

-Sympa l’accueil!! Tu pourrais au moins me laisser entrer! »

Kazuma se décala de quelques pas et me fit signe d’entrer:

« -Bon je suis la pour t’aider, je vais pas te laisser saccager ta cuisine ou encore mourir de faim!

-Mais je n’ai pas… »

Je plaquais ma main sur la bouche de Kazuma et le fixais sévèrement:

« -Tu la ferme et tu me laisse faire!  Va faire tes devoirs! Lui ordonnais-je

-Non mais tu me donne pas des ordres!! Répondis Kazuma indigné! »

Je ne répondis pas mais je le foudroyais des yeux en lui montrant du doigt son sac de cours. Au bout de quelques secondes Kazuma pris un air résigné et  alla chercher son sac:

-Je vais faire mes devoirs parce que j’ai envie pas parce que tu me l’a ordonné! S’exclamât Kazuma d’un air boudeur.

Je me retourner amusé et parti en direction de la cuisine. Je commençais par préparer une salade d’algues et optais pour un plat de résistance français, je décidais de faire une tartiflette, alors que je mettais le plat au four, une douleur me transperça le  pied:

« -AAAAAÏE! Putain!!!!! m’écriais-je

A peine quelques seconde plus tard, Kazuma se retrouvait dans la cuisine et se précipitait vers moi :

« -Qu’est-ce qu’il c’est passé sa va??? Me demandât-il inquiet

-Rien je me suis planter un morceau de verre dans le pieds!

-Ah merde sa doit être le plat de tout à l’heure! Attend je vais te chercher de quoi te soigner. »

Je m’asseyais au sol et appuyer mon dos contre le mur. Ma blessure était superficielle, mais elle n’était pas belle à voir. Kazuma redescendis avec une trousse à pharmacie, il s’assit en face de moi. Il ouvrit la trousse et sorti une pince à épiler, il enleva le morceau de verre qui était resté dans mon pied puis il me désinfectât et mit un large pansement sur le pied. Une fois fait il leva ses yeux sur moi:

« -Voilà c’est fait. Par contre si tu va prendre ton bain, pense à poser ta jambes sur le rebord pour ne pas le mouiller. Dit-il d’un air prévenant.

Je lui lançait un regard noir de désir. Je levais ma jambe de façon sexy et l’a posé délicatement sur son épaule :

« -Comme sa docteur? Répondis-je en passant ma langue sur mes lèvres. »

Pour la première fois Kazuma fut déstabilisé. Il se leva sans rien dire et parti. Je me relevaid aussi et partit prendre un bain le temps que la tartiflette finisse de cuire. 45 minutes plus tard j’appelais Kazuma afin qu’il vienne manger. Lorsqu’il arriva il avait repris sa mine habituelle :

« -T’aurais pu mettre un pyjama au lieu de garder un peignoir…. Et mais attend en plus c’est mon peignoir! S’exclamât-il

-Beh quoi c’est pas gênant! En plus je t’ai préparé un plat français alors tu pourrais me remercié.

Kazuma fut surpris, je savais qu’il aimais la nourriture française il me l’avait dit plusieurs fois mais il ne devait pas s’attendre à ce que je m’en souvienne.

Nous mangions donc ensemble passant d’une conversation à une autre. Quand vint le moment de dessert j’ordonnais à Kazuma de rester assis et je partis en direction de la cuisine. Puis je revenais avec deux assiette sur lesquelles était disposé une pars de gâteau au chocolat avec de la crème anglaise. Sur celui de Kazuma j’avais allumé une bougie. Je posais le gateau sous son nez :

« -JOYEUX ANNIVERSAIRE KAZU-CHAAAAN!!!!! M’exclamais-je

Kazuma en eu le souffle coupé.:

« -Tu croyais que j’avais oublié hein?? Continuais-je fier de ma surprise.

-Mais comment tu le sais???

-Je l’ai vu sur ta carte d’identité l’autre fois.

-Ouais beh merci. Répondit-il avec son éternel air de « je-m’en-foutisme ».

Bien qu’il fit mine que cela lui était égal, je savais qu’il était content je le voyais dans ses yeux. Nous mangeâmes le dessert en silence. Lorsque nous eûmes terminé, je regardais Kazuma avec envie :

« -Ah et j’ai un super cadeau pour toi… Annonçais-je avec une voie mielleuse

-Ah et c’est quoi ton super cadeau? Demandât Kazuma d’un air las »

Je me levais et m’avancer lentement vers lui. Puis je  m’asseyais à califourchon sur ses cuisses et plantait mon regard dans le sien:

« -Ton cadeau c’est moi. Expliquais-je d’une voie séduisante »

Je ne lui laisser pas le temps de répondre et l’embrassais avec désir. Â ma plus grande surprise il ne broncha pas et commença même à répondre aux signal que je lui envoyais avec ma langue. Kazuma plongea sa main dans le peignoir et l’a fit glisser sur mon torse, il commença à s’amuser avec mes tétons, lorsqu’il les pinça je ne put retenir un petit gémissement:

« -Eh bien tu es sensible. Annonçât Kazuma satisfait. »

Je répondis par un autre gémissement. Puis je me levais et me mettais à genoux devant la chaise, je défit le pantalon de Kazuma, puis plongeais ma main dans son caleçon pour en sortir ce qui m’intéressais le plus. Sans que Kazuma n’eut le temps de protester je le pris dans ma bouche et le suçait. Avec ma langue je titillais le gland tandis qu’avec ma main droite je caressais ce qui n’était pas dans ma bouche, je la sentais durcir dans ma bouche et découvrais à quels point elle était grosse. Kazuma émit de petit grognement. Je levais les yeux vers lui et plantait mon regard dans le sien tout en continuant les vas et viens avec ma bouche. Puis Kazuma attrapa mes cheveux et me releva, je lâchais son engin et lécher la bave qui couler sur le coin de ma lèvre. Kazuma m’attrapa violemment et m’embrassa avec force:

« -Allons dans ta chambre. Soufflais-je haletant à son oreille. »

Sans attendre il me souleva et m’y emmena. Une fois arrivée à destination il me jeta violemment sur son lit et s’assit sur moi à califourchon. Il ouvrit mon peignoir et suçât sauvagement mes tétons j’haletais de plus en plus et je sentait mon corps s’embraser au fur et à mesure que ses mains et sa langue brûlante caressais mon corps. Je sentis mon membre devenir dur. Ceci n’échappa pas non plus à Kazuma qui sourit:

« -Eh bien ici aussi sa s’excite on dirait. Annonçât-il

-C’est…parce…que… Aaaaaahhh…tu me…ohhh touche imbécile. Réussis-je à articuler.

De sa main Kazuma saisit mon membres et il commençât à le taquiner. Mes gémissements s’intensifiait et mes entrailles brûler de plaisir. Mon corps en demandais plus, j’avais besoin de plus:

« -Kazu-chan met moi la! S’il te plaît j’en peux plus je la veux Kazu-chan. Implorais-je submerger par le plaisir.

Kazuma s’arrêta, il me lançât un regard provocateur, il s’assit en tailleur en face de moi:

« -Si tu la veux tu va devoir tu débrouiller seul! S’exclamât-il

-Kazu-chan tu es méchant! Répliquais-je.

Je me levais et avançais vers Kazuma, puis je m’assit lentement sur lui. Je sentis son membre s’enfoncer en moi. Une petite douleur se fit ressentir mais elle rendit le plaisir encore plus intense:

« -Aaaahhh…aaahh…mon dieu…elle est…ahhhh…énorme! dit-je incapable de retenir mes mots et mes gémissement.

Une fois complétement en moi je me mit à bouger mes hanches, je m’agrippais à Kazuma et continuais mes mouvement. Kazuma se mit à me donner des coups de reins en rythme. Ne pouvant plus reculer face à mes désir, je m’approchais de l’oreille de Kazuma et chuchotais haletant:

« -Va plus vite….aaahhh…j’en peux plus enfonce toi jusque bout et fort s’il te plaît… »

A peine eus-je fini ma phrase que Kazuma me poussa en arrière, il me fit mettre sur le ventre et empoigna mes hanches pour les soulever. Puis il s’enfonça d’un coup sec et brutal et se mit à faire de violent va et viens à l’intérieur de moi. Mes membres se crispèrent de plaisir cette fois je criais de plaisir:

« -Ahhhh…Ahhhh Kazu-chan, encore, encore… Ahh! »

Je sentais le sexe brûlant de Kazuma à l’intérieur de moi, il était énorme et tellement bon. J’étais au paroxysme du plaisir. Soudain il s’enfonça encore plus profondément en moi et me donna de petit coups sec et rapide. En même temps il empoigna mon membres avec sa main droite et me mordilla le dos, il accéléra mouvement de va et viens de sa main et de son sexe. Cette fois je ne pouvais plus me retenir:

« -Ahhh Kazu-chan, je vais…je vais… AAAAhhhhh! Aaaah! Ahhh…

Au même moment il enfonça son sexe et appuya au plus profond de mes entrailles, je sentis un liquide chaud jaillir en moi, tandis que j’avais éjaculé dans la main de Kazuma. Ce dernier se retira et laissa mes hanches retomber sur le lit. Il lécha sa main droite puis se pencha sur moi pour m’embrasser.

3010362891_1_9_FvHcWc4Y4 dans Je veux te veux dans mon lit <3 by Izu-chan

 

2 commentaires »

  1. doki-doki dit :

    Oh my god! O0O j’adore! d’accord J’suis peut-être un petite perverse….Mais j’adore pareille!!! X3

    à voir ça je crois bien que vous aimeriez ma fiction «l’amour d’un vampire» que j’ai faite sur mon blog. (en fait ça serait plus une scène extra et doushinji du roman que j’écris, donc ça commence un peu raide et par malheur je l’ai un peu abandonnée, mais je compte y remédier un jours)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1filmporno |
fessestivites |
hentaiworld |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sonialinfidele
| vosfemmesvoscopinesvosphotos
| Acalifourchon