Fujoshi の Yaoi ♂

❤ やおい ❤

Friendship & Co ~ ch1

Classé dans : FriendShip & co — 12 août 2012 @ 20 h 54 min

Friendship & Co ~ ch1 dans FriendShip & co David-Armstrong-Horst-Homotography-12

Plus de photo ? ICI /!\ photo de nue defois *////* 

j’aime les hommes tatoués :3

 

Ohayo ! Je met une nouveau chapitre d’une nouvelle fiction sortit du cerveau debridé de ma Fujoshi d’amie !

Alors, elle voulait le faire sur le handball, moi j’ai dit NON, je veux du Basket !! Je suis devenue fan de Kuroko no basuke des les premiers épisodes ! Aaah! Je crois que j’adore les séances de gay~etude dans les club sportif japonais où règne amitié viril et ambition d’être la meilleur équipe ! C’est du Harem sans Fille ! Adieu Uta no Prince-sama et bonjour Prince of Tennis ! (faudrait que je me le regarde celui là °^o^°) Ce harem ne tourneras pas autour d’un ‘Kuroko’ que tout le monde  ’veut’ (selon moi xD) mais de plusieurs couples qui seront dans et en dehors du club ! Bon on voulais le scinder en différentes partie pour les différents couple (pourquoi pas à la Junjou romantica ?) On organisera ça avec Izu et moi quand on se verra, vu que quand on se téléphone, elle se cache au fond de son jardin et moi dans ma chambre pour qu’elle me lise le prochain chapitre de L’enfer au Paradis ! Je vous dis en plus un chapitre pas très catholique U///U  

Izu: Il enfonça doucement ses doigts … [...] … il enfonça plus pronfondement … [...] … encore plus pronfondemant … [...] … Il les enfonça telement pronfondement … [...] … !!

Riko qui dut fuire dans sa chambre pour dire sa phrase: Mais ils sont si longs que ça ses doigts xDD ?

Izu: Bah oui 30 ~ 40 cm !! 

Riko: 30~40 ?! mais t’as vu ce que sa fait !! il met plutot ses pieds oui xD

~O~ apres le repas ~O~

Izu: ma grand mere qui regardait un documentaire sur des animaux dit soudain: mais ils sont si longs que ça ??! moi qui buvait mon verre d’eau j’ai du tout recracher et me peter de rire !!

Riko: xDD ils sont fou ces gens à dire à dire ce genre de choses impunement devant nous, on pourrait avaler de travers et mourir :O

Etrangement on se retrouva à se rouler par terre mortes de rire (‘fin moi je me rouler dans mon futon improvisé 8D tel un nachos). Donc c’est pas tres productif ! Mais bon, apres moult rigolade, nous avons enfin (à peu pres) préparé notre plan d’histoire sur les chapitres à venir !

Bon apres l’appel d’Izu on decidé ed scinder les couples en:

Friendship ?

Possibility ?

Inu ?

Ah aah ! Surprise pour la suite ! :3

 DEBUT DES NEWS:

Bonne nouvelle: Baka-Izu aura internet à partir de demain, elle revient chez sa moman ! :3

Bonne nouvelle 2: Je vais avoir ma plaquette graphique courant Aout (je sais pas encore quand, faut que mon padre avance la monnais ñ3ñ !)

FIN des NEWS

Bon je vous laisse deguster ce premier chapitre :3  GooD ReaD !  

Riko ~ Kurokocchan 

~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o

Friendship ?

~o~o~o~o

 

 

 Takashi Shingo et Tamiya Ryoji étaient amis depuis leur plus tendre enfance. Shingo était arrivé en primaire dans la même classe que Ryoji. Ce dernier c’était immédiatement intéressé à Shingo. Dès les premières minutes, ils devinrent inséparables.

Tout deux étaient très différent l’un de l’autre. Shingo était un garçon enjoué et tête en l’air. Quand à Ryoji c’était un vrai petit démon, il était casse-cou et ne pouvais pas rester cinq minutes sans surveillance.

Ryoji était là pour défendre Shingo lorsque qu’il se faisait embêter et Shingo soignait Ryoji après la bagarre ou le défendait lorsqu’il se faisait gronder. Cela avait toujours était comme ça entre eux. Et Shingo était fier d’être le meilleur ami de Ryoji.

Depuis, ils ne s’étaient jamais quittés. Ils avaient toujours été dans la même classe. Et jusqu’à aujourd’hui, rien n’avait changer entre eux pour le plus grand bonheur de Shingo.

 

Alors qu’il traversait la cafétéria pour rejoindre sa place habituelle, une main lui recouvra adroitement les yeux. Shingo n’eut pas besoin de réfléchir :

« -Ryoji… Soufflât-il »

Ce dernier étant démasqué retira sa main et regarda Shingo incrédule :

« -Tu es le seul encore capable de faire ce genre d’enfantillage ! Annonçât Shingo, avec un petit rire, pour répondre à la question muette de Ryoji. »

Ce dernier, qui comme les chats se débrouillait toujours pour retomber sur ses pattes, pinça le nez de Shingo et lui tira la langue :

« -Et tu es le seul enfant que cela fait encore rire. Lançât-il »

Shingo le regarda avec amusement et continua son chemin jusqu’à la table. Il s’assit et entama son repas. Soudain il leva les yeux sur Ryoji, et lui lançât un regard désespéré :

« -Ryoji… Où est ton repas ? Demandât-il. »

Anticipant les excuses complètement improbable de Ryoji, Shingo continuât faisant mine de réfléchir :

« - Alors après l’histoire des lutins qui ont volé tout ton argent, tu vas me sortir celle des extraterrestres qui ont pris ton bento pour faire des expérience ? »

Ryoji le regarda avec de grand yeux et sifflât d’admiration:

« -Alors là j’avoue que tu m’impressionne, je n’y avait jamais pensé à celle là ! S’exclamât-il. Mais non… Ce qui m’est arrivé est un peu moins original, au risque de te décevoir. C’est seulement des gobelin qui m’ont menacé de me couper en petit morceau si je ne leur donnait pas mon repas. Finît-il imitant un air sérieux et terrifié.

« -Ryoji sérieusement ? Demandât Shingo résistant tant bien que mal à l’envie de rire devant les mimique de Ryoji.

« -Beh j’ai plus d’argent, et j’avais la flemme de me préparer à manger c’est trop pénible. Lançât Ryoji ignorant le regard désespéré de son ami. Et puis de tout façon je n’ai pas faim. »

Au même moment son ventre se mit à gargouiller comme pour protester. Shingo explosa de rire, alors que Ryoji tapait sur son abdomen, à la manière d’un enfant, pour faire taire son ventre . Shingo posa un regard doux et amusé sur Ryoji, et poussa gentiment son plateau vers lui :

« -J’ai utilisé tout mon argent, mais on peux partager. Annonçât-il»

Ryoji ne pouvant plus ignorer son ventre, se mit à manger. Shingo le contemplait, impressionné par le charisme et la beauté de son ami. Ryoji mesurait un mètre quatre-vingt et Shingo se trouvait minuscule du haut de ses un mètre soixante-neuf. Ils étaient tout deux très différent physiquement Ryoji était grand et musclé. Ses yeux bleu foncé contrastaient avec ses cheveux noisettes. Le tout accompagné par une peau ferme et tendu légèrement doré. Shingo quand à lui n’était pas très grand et plutôt fin, grâce au basket ses muscles s’étaient légèrement dessiné sur son corps mais il restait svelte et il déprimait toujours devant le corps d’Apollon de son ami. Contrairement à ce dernier la peau de Shingo était pâle et douce. Son visage fin était en accord parfait avec ses cheveux noir de jais et ses yeux ambré.

Soudain Shingo fut tiré de sa rêverie par la voix de son ami :

« -Allô le pays des endormis nous cherchons à joindre Shingo…Vous m’entendez ? Nous voulons joindre Shingo ! Lançât Ryoji, les mains autour de la bouche pour imité un talkie-walkie. »

« -Oui le pays des crétin je vous entend. Répondis Shingo répétant la même imitation »

Les deux amis se regardèrent amusés :

« -Les cours vont bientôt commencer allons-y. Reprit Ryoji. »

Shingo s’aperçut que Ryoji avait pris la peine de débarrasser le plateau avant de le sortir de sa rêverie. Les deux amis sortirent de la cafétéria côte à côte et avancèrent à pas lent vers leur salle de cours. Soudain ils furent interpellé par une voix féminine derrière eux. Sachant d’avance que c’était à Ryoji que la fille s’intéressait, Shingo jeta un vague coup sur elle et regarda Ryoji :

« -C’est pour toi vas-y je t’attend. L’informât-il

-Non tu n’a cas aller directement en cours sinon tu va être en retard. Répondit lacement Ryoji. »

Shingo acquiesça et continua tranquillement sa route, tandis que son ami se retournait vers la fille en question. Shingo savait ce qu’elle voulait, comme pratiquement toutes les nanas de la fac, elle était tombé sous le charme de Ryoji. Encore l’une des choses que Shingo admirait chez son ami, Ryoji était l’un des garçon les plus populaire de la fac. Le fait de voir une fille courir après Ryoji pour lui avouer ses sentiments était chose courante pour Shingo.

Le cours avait déjà commencé lorsque Ryoji arriva dans la classe en s’excusant pour son retard. Comme à son habitude il s’assit derrière Shingo. Ce dernier se retourna discrètement vers son ami :

« -Alors ? Demandât-il a voix basse.

-Beh rien, j’ai refusé. Répondit Ryoji sur un ton totalement désintéressé.

-Pourtant elle était jolie ! Insistât Shingo

-Si tu le dit… En plus je suis sûr qu’elle n’aurais pas voulu que je la baise.

-Espèce d’homme en rut sans cœur. Lui lançât Shingo passablement énervé par la réponse de son ami. »

Ryoji dévisagea Shingo avec un regard amusé et ardent :

« -Tu dit ça parce que tu ne l’a jamais fait. Tu verra une fois que tu à goûter au sexe tu ne peut plus t’en passer. Se défendit-il

-Qu’est-ce que tu en sais si je suis puceau ou non ? Lui demandât Shingo d’un air de défi.

-Parce que tu serais venu m’en parler directement comme tout les puceau le font après leur première fois. Répondit simplement Ryoji sûr de lui. »

Cette fois Ryoji avait marqué un point, ce qu’il disait était vrai, Shingo n’avait jamais eu de rapport sexuel et lorsque cela arriverais Ryoji en serait le premier informé. Le professeur les interpella d’un air sévère. Shingo se retourna et se perdis dans son éternelle rêverie. Ryoji était un garçon génial mais son pire défaut était son absence de sentiments, bien qu’il prétende en avoir. Chaque fois qu’il acceptait les sentiments d’une fille c’était seulement pour le sexe. C’était un garçon avide des plaisir de la chair et aimant profiter des petits plaisir de la vie. Pourtant il était incroyablement gentil, du moins avec Shingo. Chaque fois que ce dernier avait des problèmes quelconque Ryoji montait dans ses tours pour le défendre avec rage. Il avait toujours était très attentionné avec Shingo. S’il existait un mot pour d’écrire Ryoji c’était tout de même le mot « crétin » mais c’est ce qui faisait son charme aux yeux de Shingo.

Shingo quand à lui était un garçon joyeux, naïf et innocent. Pourtant il ne montrait jamais ses sentiments bien qu’il en est, lui .

Shingo faisait toujours tout ce qu’il pouvait pour que Ryoji soit content. Et se débrouillait pour pas que ce dernier est des ennuis. Lorsqu’ils avaient un contrôle et que Ryoji avait « oublié » de réviser, Shingo lui donnait discrètement les réponses, ou lorsqu’il ne faisait pas ses devoirs, Shingo le laissait recopier les siens.

La sonnerie retentit, Shingo se leva tranquillement et rangea ses affaires. Lorsqu’il se retourna Ryoji l’attendait déjà à la porte. Shingo se demandait toujours comment son ami pouvait-il être aussi rapide ? Le retardataire se dirigea à toute vitesse vers Ryoji et tout deux partirent en direction des casier. Les cours était terminé, mais la journée, elle, continuait. En effet les deux amis faisait parti du club de basket de la fac. Ils s’étaient tous les deux découvert, dès leur première année au collège, une passion certaine pour le basket. Depuis ils n’avaient jamais arrêté ce sport. Arrivés au casiers, Shingo et Ryoji attrapèrent leurs affaires de sport et se précipitèrent aux vestiaires. Lorsqu’ils arrivèrent sur le terrain le reste de l’équipe avait déjà commencé l’entraînement :

« -Alors les amoureux ? Lançât un garçon brun le sourire aux lèvres.

-Salut Baby-face ! Répondit joyeusement Shingo.

-La ferme crétin ! Lâchât Ryoji pour finalement sourire et tendre sa main vers le grand brun. »

Le grand brun en question c’était Uchiwara Keito. Il était lui aussi en première année de fac, et faisait parti d’un des éléments clé de l’équipe. Ils s’étaient rencontré au club. Keito était le garçon le plus grand de l’équipe. Il était plus grand que Ryoji d’environ cinq centimètre. Keito était doté d’un corps magnifique sur lequel se dessinaient des muscles tendus mais souples. Son visage quant à lui gardait un air enfantin avec ses cheveux brun et ses yeux verts malicieux. Ce qui lui avait d’ailleurs valu le surnom de « Baby-face ». Cependant c’était un garçon très caractériel il pouvait être le garçon le plus gentil garçon du monde, cinq minutes plus tard il était un vrai démon.

Heureusement aujourd’hui il était de bonne humeur.

Le capitaine de l’équipe les interpella, nos trois amis se turent et commencèrent leur entraînement.

 

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1filmporno |
fessestivites |
hentaiworld |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sonialinfidele
| vosfemmesvoscopinesvosphotos
| Acalifourchon